La face cachée du numérique

La face cachée du numérique

Qu’est que les numérique ? Quelle place incarne-t-il dans notre société, notamment en santé ? Mais comment cet outils presque invisible peut-il polluer ? Quels sont les enjeux écologiques du numérique ?

Tu te poses toutes ces questions ?! Alors lis cette article tu y trouveras des premières réponses 😉 

C'est quoi le NU-MÉ-RIQUE ?

Un mot qu’on entend un peu partout aujourd’hui, utilisé à toutes les sauces. Il nous suit partout dans notre quotidien. Il est là quand tu prends un selfie, quand tu téléphones à un pote perdu de vue, quand tu regardes le scanner du patient X sur l’écran de ton ordinateur, ou encore quand tu tapes dans Google “comment ne pas s’ennuyer pendant le confinement” ou alors quand tu regardes des vidéos de chat sur Youtube,… Et Oui, pas la peine de chercher le numérique est toujours présent (enfin presque )

Pour faire simple, le numérique recouvre tout ce qui ce qui est en lien avec Internet, les réseaux sociaux, les applications, les boîtes mails, …. Mais il concerne aussi les appareils électroniques du quotidien (smartphone, télévision, ordinateur, tablette, appareil photo,…)  En bref, on ne peut plus imaginer nos activités sans lui. Le numérique est un secteur dynamique qui est en perpétuelle évolution. Il métamorphose notre de monde de manière presque invisible. On entend d’ailleurs souvent parler de révolution numérique.

Petit aparté en santé

Dans le domaine de la santé, il améliore le suivi des maladies chronique grâce aux objets connectés, il permet aussi d’assurer une meilleure surveillance dans le cadre de l’aide à la personne. Il facilite le partage de documents entre acteurs de soin. Il y a moins de risque de perte de document.

L'impact environnemental du numérique

MAIS tous les outils puissants ont un côté plus sombre sans exception tout ce qui peut potentiellement changer le monde peut par définition le changer pour le meilleur et pour le pire.

Le numérique a également un impact sur l’environnement !

Mais comment ça ? Pourtant toutes ces technologies virtuelles nous permettent de communiquer sans nous déplacer, de gaspiller moins de papier, et de s’informer et trouver des astuces au quotidien pour réduire son empreinte environnementale (un peu comme la SEDD de l’AST par exemple;)) Et puis comment quelque chose de virtuel comme internet  peut-il polluer ??

 

Cet impact est minime par rapport à la pollution générée par le numérique ...

Pour mieux comprendre d’où vient cette pollution, revenons sur toutes les étapes du cycle de vie d’un objet numérique, depuis l’extraction des matières premières qui le composent jusqu’à son élimination en fin de vie.  

La fabrication.

Les ressources minérales nécessaires à la fabrication des objets numériques entrainent une augmentation de l’épuisement des ressources naturelles. L’extraction de ces minerais est une étape vraiment consommatrice d’énergie puisqu’ils sont de plus en plus rares. De plus, l’industrie de fabrication est également extrêmement polluante et utilise énormément de produits chimiques qui se déversent ensuite dans les sols et les eaux.

L'acheminement.

Les transports du matériel dans le pays de fabrication puis au lieu de vente – en avion ou en bateau – engendrent des émissions de gaz à effet de serre.

L'utilisation.

L’utilisation des outils numériques, l’étape qui nous concerne le plus. Visionner un film, faire une recherche sur Google, envoyer un e-mail et les stocker dans une boîte mails, utiliser un objet connecté… Toutes ces actions numériques demandent beaucoup d’énergie et émettent des gaz à effet de serre, responsables du changement climatique. En effet, elles font appels à énormément de données qui doivent être sotckées quelque part. Ce sont les data centers. Les géants du numérique tels que Google, Facebook, Netflix,… s’en servent pour stocker leurs données dans des “superordinateurs”.

Mais ils doivent être alimentés en électricité et maintenus à des températures suffisamment basses. Tout cela consomme énormément d’énergie. De plus, nous observons actuellement une explosion des données qui ne cessent d’accroître en volume. On parle du Big data. De ce fait, leur consommation en énergie augmente également.

La fin de vie des équipements.

Nos outils ont une durée de vie courte et finissent par être jetés. Quand un outils informatique devient alors un DEEE (un déchet d’équipement électrique et électronique), le matériel est alors détruit et enfoui. Certains métaux peuvent être réinjectés dans le numérique, grâce au recyclage mais cela reste compliqué et énergivore.

 

➡️ Donc, vous l’aurez compris, chaque étape de ce cycle nécessite de l’énergie et donc génère des émissions de CO₂. C’est ce qu’on appelle le poids carbone.

Quelques chiffres étonnants !

Envoyer un mail avec une photo équivaut à allumer une ampoule de 25 Watt pendant 1 heure.
Pour la fabrication d’un ordinateur fix, 800 kg de matière première ont été nécessaire ce qui a engendré des émissions de 124 kg de CO2 et ce qui revient à un aller retour en avion Paris-Genève.
Plus de 10% de l’électricité produite dans le monde sert au seul fonctionnement de l’industrie du numérique.
Si internet était un pays, il serait le troisième consommateur mondial d’électricité, derrière la Chine et les États-Unis.

 

On estime que  le volume des données devrait atteindre cette année 40 zeta octet. Cela équivaut en quelques sortes à ramasser tous les grains de sable de la planète et à multiplier le total par 75 ! c’est ça 40 zeta octet

La consommation électrique du numérique s’accroît de 9 % par an et représente déjà 4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde

La pollution invisible générée par l’industrie du net et son impact sur le climat équivaudrait à celle du secteur de l’aviation.

Pour conclure,

Donc les émissions de gaz à effet de serre générées par le monde du numérique se répartissent ainsi : 

  • 47% sont dues aux équipements des consommateurs du fait de la fabrication du matériel et de la dépense d’électricité 
 
  • 28% aux infrastructures du réseau (câbles enterrés reliant les pays entre eux)
 
  • 25 % aux centres de traitement des données, les data centers

Voilà tu viens de découvrir le côte obscur du numérique aussi bien soit-il 😉

MAIS ⚠️ attention il est important de garder un esprit critique et de savoir prendre du recul sur ce que vous lisez ! Cette article n’est pas la science incarnée, il est seulement là pour faire ressortir certains enjeux et amener à se questionner, réfléchir et se positionner sur le sujet…

Vers un numérique écologique ...

Mais alors comment faire ??

D’un côté, se passer du numérique est inpensable il est indispensable pour chacun d’entre au quotidien et il permet de faire de grandes choses !

D’un autre côté, le numérique est un grand pollueur ! 3ème consommateur mondial d’électricité

On est face au dilemme écologique du numérique

Ne t’inquiète jeune Padawan! 
Le numérique écologique, ça existe aussi ! On vous propose une petite affiche avec des pistes à explorer pour réduire la pollution numérique 😉
 
✨L’AST fait le premier pas en prévoyant de faire un grand nettoyage du groupe Facebook et de sa boîte mails dans les jours à venir !
Les éco-gestes numériques

Pour approfondir le sujet,

Si vous souhaitez discuter plus longuement de développement durable et de sa mise en oeuvre auprès des étudiants en santé à Tours, nous vous invitons à nous rejoindre sur Facebook

Dans le cadre de notre semaine étudiante du développement durable (SEDD), retrouvez tous nos articles autour du développement durable en cliquant ici.

#SEDD #REFEDD #SeddCampus

Sources
 Article rédigé par Emna Mraghni (étudiante en médecine)

Laisser un commentaire